Chroniques·Coin Littérature

Livre #15 – Et ils meurent tous les deux à la fin.

Et ils meurent tous les deux à la fin (They Both Die At The End) est un roman américain de jeunesse/young-adult. Il a été écrit par Adam Silvera et publié en 2017 aux USA. Il est paru chez nous dans la collection R (Robert Laffont), en 2018.

 

Synopsis


« Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l’équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ?  » Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour final. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée. 

et-ils-meurent-tous-les-deux-a-la-fin-adam-silvera-Les-chroniques-de-la-fraise

Le Verdict ;


 

Cela faisait depuis de longs mois que j’avais ce roman dans ma bibliothèque en V.O et que je me tannais à le commencer. Le problème était forcément les études intenses qui empêchent un bon déroulement de lecture mais la sortie française m’a définitivement poussée à le livre et là, encore, il n’aura fallu que de maigres jours pour que je le dévore. Et quand je lis aussi rapidement un livre, c’est parce qu’il est prêt à figurer dans mes coups de cœur intenses. Oui, Et ils meurent tous les deux à la fin n’échappe définitivement pas à la règle.

Pendant une journée, on va suivre les aventures de Mateo, un garçon peureux et qui tombe vite dans la paranoïa, s’empêchant de vivre librement sa vie et Rufus, un garçon de banlieue, plutôt livré à lui-même avec sa bande de « frères de coeur » qui n’hésite pas à régler ses problèmes lui-même. Il n’en faut pas plus pour deviner que le monde de ces deux adolescents qui n’ont rien à voir, va entrer en collision. Comme le titre le prédit, les deux personnages mourront à la fin, c’est un fait. Le roman reprend d’ailleurs plusieurs codes empruntés à certains genres de la littérature, comme la tragédie grecque. L’auteur n’hésite pas à mélanger ceci avec la critique d’une société moderne et notamment de l’usage des réseaux sociaux, avec une métaphore empruntée à Grindr et cie.

Mais le plus important, c’est que le roman ne cesse de nous offrir de beaux moments touchants, toujours sous une esquisse d’ode à la vie. Et c’est ce qui nous terrifie, nous, lecteurs car ces personnages, on n’a pas vraiment envie de les quitter même si on sait dès la première page qu’on le devra bien, et de manière plutôt surprenante. Enfin, l’auteur a le soucis du détail (et vous savez que j’aime le détail), rien n’est laissé au hasard et la moindre partie qui vous paraîtra futile aura son importance !

Et avant de vous spoiler d’avantage, je préfère m’arrêter là ! Je vous donne juste un ordre : allez le lire !

 

C’est un 10/10Adam Silvera nous a écrit une belle perle. J’ai hâte de lire un de ses autres romans.

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Après cette critique, pensez-vous le lire ou y faire l’impasse ? Laissez votre avis  ! 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s